Quelle est la pire ville du monde ?

5
Partager :

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler d’un voyage, je vais revenir à mon séjour à Singapour. Ce n’était pas ma première fois dans la cité-état, c’était censé être ma cinquième. D’habitude, je suis toujours dithyrambique à propos de cette ville, elle est organisée et propre. Pourtant, cette fois, j’ai eu beaucoup de mal, beaucoup de problèmes. Pour une fois, les photos n’auront pas non plus de rapport, ce seront simplement des photos de Singapour.

A voir aussi : Pourquoi la Tunisie est une destination de choix pour les touristes ?

Je vis maintenant à Yangon, en Birmanie, un pays où rien n’est facile. Les deux derniers week-ends avant mon départ, je n’avais pas d’électricité. Pourtant, j’habite dans le centre-ville, internet est quasiment inexistant, il pleut tout le temps… Bref, ce n’est pas tout rose. J’avais hâte d’aller à Singapour, j’allais enfin trouver une ville où il est facile de se déplacer, un fast-food, un métro climatisé…

A lire aussi : Quel est le pire pays du monde ?

La nourriture : 200 kg sinon rien

Quand j’arrive à l’aéroport, je me jette évidemment sur un Burger King, après un peu plus de 6 mois sans restauration rapide, j’ai comme si je dirais envies d’une tranche de bœuf (le bon boeuf est rare en Birmanie). Sans m’en rendre compte, je commande instinctivement un menu « large ». En fin de compte, je n’arrive même pas à terminer la moitié de mon repas. À l’époque, cela ressemble à une énorme gifle, mais pourquoi pouvons-nous commander autant de nourriture alors qu’en fin de compte personne n’a besoin de manger autant ?

Personne n’a le sourire

Une fois de plus, le fossé entre la Birmanie et Singapour est vraiment visible sur la tête des gens. Là où tout le monde en a marre en Birmanie, il n’y a pas un seul sourire à Singapour. Allez être sympa il y en a quelques-uns mais le métro laisse un arrière-goût très japonais, il ne se passe absolument rien, aucun échange, rien (sauf sur l’iPhone).

L’exploitation de l’ancien

J’ai rencontré un Français en Birmanie qui vivait à Singapour depuis quelques années, il m’a parlé de l’exploitation des personnes âgées. Et il est vrai qu’en y prêtant attention, il y a encore un nombre important de personnes âgées qui travaillent comme des malades dans toutes les aires de restauration et de restauration rapide de Singapour. Bref, pas très brillant.

Le choc de l’hyper-consommation

Je pense que celui-ci est le pire, à Yangon pour trouver un magasin de luxe qu’il faut chercher longtemps. Ce n’est pas compliqué, je pense qu’en quelques mois, je n’ai pratiquement vu aucun produit de luxe autre que des voitures et de l’alcool. En fin de compte, personne ne parle de vêtements ou de son dernier iPhone parce que tout le monde s’en fout. À Singapour, j’avais l’impression de retourner à l’enfer de l’hyper-consommation. Et je dis que même si j’ai toute la panoplie électronique, les vêtements de créateurs… J’ai juste ressenti cette pression d’achat constante

Oui, mais en fin de compte, je l’aime quand même.

Et c’est un peu le plus grand malheur, en fin de compte Singapour je l’aime bien même si je vois bien tous ses défauts. Le métro fonctionnait, il m’a fallu 10 secondes pour comprendre l’organisation de mon hôtel car tout était logique, les gens parlaient anglais, les filles étaient bien habillées… C’est assez difficile de choisir au final entre ce gâchis que j’aime tant beaucoup dans certains pays, un gâchis qui finit malheureusement par ne pas toucher le système après quelques mois ! La prochaine fois, j’irai probablement à Bangkok, c’est sûrement un meilleur compromis que Singapour du point de vue de l’anarchie, et que pensez-vous de Singapour ?

Partager :