Qui sont les vrais Américains ?

12
Partager :

Qui ont été les premiers habitants de l’Amérique ? Comment en sont-ils arrivés là et d’où venaient-ils ? Les réponses à ces questions qui ont longtemps intrigué les chercheurs commencent à être révélées.

LA TERRE PERDUE DE LA BÉRINGIE

A lire également : Les étapes à suivre pour s'installer en Suisse

Localisation du territoire submergé de la Béringie Jusqu’à récemment, les scientifiques évaluaient l’arrivée des premiers êtres humains en Amérique à la fin de l’ère paléolithique, il y a environ 20 000 ans. Alors qu’Homo erectus explorait les grands continents de l’Afrique à l’Asie, l’homme de Néandertal vivait toujours en Europe. La traversée en bateau de la Sibérie à l’Alaska semble donc impossible. Cependant, entre la fin de la période glaciaire précédente et il y a environ 10 000 ans, un véritable pont couvert de glace existait à l’emplacement actuel de la mer de Béring. En raison de la baisse du niveau des océans, ce pont aurait été découvert.

L’ENSEMBLE DE L’AMÉRIQUE DU NORD ÉTAIT RECOUVERT D’UNE ÉPAISSE COUCHE DE GLACE

A lire également : Qu'est-ce qu'un Scrum Master ?

En effet, tout le nord du continent américain ainsi que ce célèbre pont appelé Béringia étaient recouverts d’une épaisse couche de glace, appelée pergélisol. Cependant, cela n’a pas empêché des groupes d’aventuriers de tenter le voyage. Selon Lauriane Bourgeon de l’Université de Montréal au Canada, ces premiers hommes à essayer le rêve américain étaient sûrement petits, très mobiles et savaient s’adapter facilement aux ressources saisonnières disponibles. Ces « hommes préhistoriques » étaient sûrement des chasseurs-cueilleurs.

L’HISTOIRE DES PALÉOAMÉRICAINS

Conseils utilisés par le peuple Clovis

La traversée de la Sibérie à l’Alaska a dû être longue car les voyageurs ont dû avancer sur de courtes distances et y installer des camps afin de stocker suffisamment de ressources pour reprendre le voyage. Malgré cela, le pergélisol pourrait être accueillant pour les explorateurs avertis. En effet, la terre était très fertile sous la glace et les petits arbustes étaient très commun. Le bois a ainsi permis aux voyageurs de se réchauffer. Il était également courant de trouver des mammifères dans la région. Ils étaient non seulement utilisés pour se nourrir, mais leurs os, particulièrement riches en moelle, servaient également de produit inflammable, essentiel dans ces régions froides et humides.

C’est au cours de ce long voyage qu’un groupe génétique distinct est apparu. En effet, ce nouveau peuple aurait vécu en Béringie depuis plusieurs milliers d’années selon une étude de 2007 portant sur la génétique des os découverts dans la région. Loin d’être un seul peuple hétérogène, ce qui reste de leur culture a été classé sous le nom de culture Clovis.

LOIN D’ÊTRE UN PEUPLE HÉTÉROGÈNE, CE QUI RESTE DE SA CULTURE A ÉTÉ CLASSÉ COMME CULTURE CLOVIS

Exploration de l’Homo sapiens à travers le monde

Ainsi, ce peuple d’origine asiatique a finalement pu entrer en Amérique grâce à la fonte des glaces, à la fin de la période glaciaire. Cependant, ils étaient très différents de leurs ancêtres qui s’étaient embarqués dans le voyage. Si cette théorie est débattue, les études les plus récentes estiment que l’installation en Béringie aurait duré au moins 10 000 ans.

LA COLONISATION DE L’AMÉRIQUE

Après cette période, ce même peuple se serait dispersé sur tout le continent sur une très longue période, créant ainsi les différentes tribus amérindiennes, puis aztèques ou mayas que nous connaissons aujourd’hui. Cependant, les chercheurs se demandent encore si le continent a été colonisé par les habitants de la Béringie ou si d’autres peuples du continent asiatique sont arrivés plus tard.

Cette arme esquimau raconte l’histoire du peuple esquimau, qui vit maintenant dans l’extrême nord américain, en particulier près de la mer de Béring et sur une partie du continent arctique

TOUS LES AMÉRINDIENS AURAIENT DES ANCÊTRES COMMUNS

L’analyse génétique révèle des points communs chez tous les Amérindiens vivant actuellement en Amérique du Nord, mais il reste peu de points communs avec les peuples asiatiques modernes. Cela signifierait clairement que tous les Amérindiens auraient des ancêtres communs, le peuple de Béringie. Cette théorie a été confirmée par l’étude d’un squelette découvert dans la glace. Le corps correspondrait à un enfant « Clovis » qui vivait en Amérique du Nord il y a près de 12 700 ans.

Cependant, les analyses des peuples vivant actuellement en Amérique du Sud montrent qu’ils présentent des similitudes avec les peuples d’explorateurs dont les descendants vivent aujourd’hui en Australie. Ainsi, une deuxième théorie est que différents peuples ont traversé la Béringie au fil des âges. Enfin, la Béringie était un grand espace dont la taille équivaut à deux fois celle de la France qui permettait facilement à de grands groupes humains de s’y rendre sans nécessairement être dans les parages.

QUAND SONT ARRIVÉS LES PREMIERS PALÉOAMÉRICAINS ?

Certaines zones de la Béringie sont encore visibles aujourd’hui et restent assez similaires à ce à quoi ressemblait le paysage au moment des premières arrivées

Pour savoir qui étaient les premiers à arriver en Amérique, les scientifiques avaient besoin de l’évaluation la plus précise possible de leur arrivée dans la région. Une étude de Lauriane Bourgeon publiée en janvier 2017 montre que les cavernes de l’ouest du Canada, celles de Bluefish dans les Territoires du Yukon, étaient habitées il y a au moins 24 000 ans, soit beaucoup plus qu’on ne le pensait auparavant.

LA QUESTION QUI SE POSE EST LA SUIVANTE : QUAND CES PERSONNES ONT-ELLES DÉMÉNAGÉ VERS LE SUD ?

Dans ces grottes se trouvaient des os de caribous, de wapitis ou de chevaux, ce qui signifierait que les habitants de l’époque se nourrissaient de ces animaux. Maintenant que les scientifiques ont la preuve de l’entrée des premiers habitants en Amérique, la question qui se pose est de savoir quand ces habitants se sont déplacés vers le sud.

DE L’ALASKA AU CHILI

La théorie du corridor ouvert dans la glace

Commons L’archéologie nous montre des traces de très vieilles habitations en Amérique du Sud. Ainsi, dans le sud du Chili, près de Monte Verde, des chercheurs ont découvert outils et traces de vie humaine datant de 14 500 ans à 18 500 ans. Pourtant, à cette époque, une grande partie du continent était recouverte de glace. Comment les premiers arrivants ont-ils pu faire ce difficile voyage si rapidement ?

ILS AURAIENT PU UTILISER DES BATEAUX POUR MARCHER SUR LA CÔTE JUSQU’AU CHILI

Il existe une théorie qui évoque la possibilité qu’un espace se soit ouvert entre les glaciers, ce qui est courant. Ces « couloirs », cependant, sont remplis de boue et inhospitaliers. Il y a donc peu de chances que les explorateurs aient tenté cette aventure. Plus vraisemblablement, en revanche, ils auraient pu utiliser des bateaux pour se rendre le long de la côte jusqu’au Chili.

Même s’il n’y a aucune preuve archéologique pour confirmer cette théorie, les experts assurent que si ce voyage avait été entrepris, les bateaux en bois étaient certainement très modestes, puisqu’ils ne servaient qu’à marcher le long de la côte sans s’éloigner trop loin, et faire de nombreux arrêts. Ces embarcations fragiles auraient pu facilement disparaître avec le temps sans laisser de trace.

Cependant, une étude publiée dans la revue Nature le 27 avril dernier bouleverse tout ce que nous pensions savoir sur le sujet. Tom Deméré , du Museum of Natural History de San Diego aux États-Unis, révèle que des os découverts en Californie auraient été brisés pour fabriquer des outils par un ancêtre de l’Homo sapiens. Là où sa découverte perturbe, c’est que la datation des outils serait d’environ 130 000 ans.

Ces traces humaines seraient donc bien plus anciennes que la culture Clovis . Une découverte qui bouleverse totalement les dogmes existants sur les premiers Américains mais aussi sur l’Afrique qui serait le berceau de l’humanité. La théorie avancée par le chercheur est qu’il pourrait s’agir d’une nouvelle espèce génétiquement différente de l’Homo existant à l’époque et qui aurait pu par la suite disparaître.

Des armes esquimau en ivoire découpées ont été découvertes dans le nord du Canada

Si les scientifiques n’ont pas encore la réponse à toutes les questions posées sur ce sujet, les recherches qui y sont liées nous en apprennent beaucoup sur les êtres humains. En effet, cette migration, due au fait qu’il s’agit d’une population très limitée engagée dans un voyage sans retour, sert en quelque sorte de laboratoire. Il permet non seulement de mieux comprendre le processus de migration des peuples, mais aussi de voir comment les marqueurs génétiques peuvent évoluer au fil du temps au sein d’une même population sur un territoire limité.

Partager :