Pourquoi l’Europe ?

11
Partager :

Pourquoi l’Europe a-t-elle été prépondérante dans la découverte du Nouveau Monde alors qu’à cette époque trois autres royaumes pouvaient revendiquer le titre ?

La Chine, dominée par les Mongols et les Mandchous, est influencée par le confucianisme, la politique et la philosophie du retrait de soi, le goût des traditions.

A lire en complément : Que représente le dodo ?

L’Inde, dominée par les Mongols, où règnent les oppositions entre territoires internes et où la menace permanente des Perses est déchirée par des querelles internes.

Turcs et Perses sont gênés par leur administration, peu organisée, qui sape la gestion interne de leurs territoires ainsi que la mise en œuvre d’une politique extérieure.

A découvrir également : Pourquoi aller en Namibie ?

En Europe, par contre, des États forts ont été organisés grâce à une hiérarchie et à une administration efficace. Les rois et les principaux ordres religieux financent de grands des découvertes, de l’argent est prêté (par exemple par l’Ordre du Christ).

Jusqu’au XIIIe siècle, les Européens n’avaient aucune idée des autres continents en dehors des côtes de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Les marchands italiens cherchent à se rendre en Inde pour obtenir la soie et les épices qu’ils achetaient auprès de marchands musulmans des ports du Proche-Orient. Parmi eux, le plus célèbre est le vénitien Marco Polo qui va jusqu’en Chine et décrit l’Asie à son retour comme un continent fabuleux et très riche dans son livre des Merveilles. C’est la naissance du mythe scientifique de Marco Polo.

Les motivations européennes pour mener les grandes découvertes

L’Europe est motivée par trois types de causes qui alimenteront les premières découvertes, dans un second, l’établissement d’un véritable commerce et dans une troisième phase de colonisation. Ces causes sont de nature économique, scientifique et religieuse.

Causes économiques Causes scientifiques Causes religieuses
Or, épices, produits de luxe. Route de la soie bloquée par les Turcs. Curiosité suscitée par le livre des merveilles de Marco Polo. Envie de connaissance. Progrès dans la navigation. Trouver une route maritime vers l’Inde. Évangélisation des populations et poursuite de la Reconquista sur les terres musulmanes.

Les grands voyages

Au XVe siècle, les Portugais et les Espagnols cherchaient une route maritime qui leur permettrait d’atteindre les Indes et ses richesses en contournant le monde musulman. Ils veulent également élargir le monde chrétien en convertissant au christianisme les populations des nouvelles terres. Ces explorateurs sont également animés par le désir d’aventure et le désir de savoir.

Les explorations sont rendues possibles grâce aux avancées de la navigation : boussole, astrolabe, portulans, permis aux marins pour mieux se localiser et naviguer avec plus de précision. Les Portugais développent la caravelle.

En 1498, Les marins portugais envisagent d’atteindre l’Inde en contournant le continent africain. En 1487, ils atteignent le cap de Bonne-Espérance. Vasco de Gamma accoste en Inde, Christophe Colomb pense pouvoir se rendre en Asie par la route occidentale traversant l’océan Atlantique. Il persuade les souverains d’Espagne de financer son expédition. En octobre 1492, il accoste dans les îles des Antilles. Convaincu que la terre est ronde, Gênes. Il est convaincu qu’il est arrivé en Asie. En réalité, il vient de découvrir un nouveau continent : l’Amérique.

En 1519, Magellan quitte l’Espagne, traversé à la pointe sud du continent américain, le détroit qui lui permet de passer de l’océan Atlantique au Pacifique. Son expédition est revenue à son point de départ en 1522 : la première tournée du monde a été réalisé.

Les premiers pays à se disputer le Nouveau Monde ont été l’Espagne et le Portugal au XVIe siècle, suivis par la Hollande au XVIIe siècle. Il a fallu attendre le XVIIIe siècle pour que la France et la Grande-Bretagne entrent en compétition, devant d’abord régler de nombreux problèmes tels que les guerres de religion.

La conquête de l’Amérique par les Espagnols

L’Amérique que les Espagnols découvrent est peuplée d’Amérindiens (Indiens d’Amérique, premiers habitants de ce continent) appartenant à trois grandes civilisations : les Aztèques, les Mayas et les Incas. Les indigènes cultivent des plantes inconnues des Européens : maïs, pommes de terre, tomates, cacao, tabac. Ils travaillent avec des métaux précieux, mais ignorent l’utilisation du fer, de la roue et de l’argent. Ils ont des connaissances avancées en les mathématiques et l’astronomie. Ce sont des polythéistes. Bien qu’ils soient dotés d’un calendrier complexe (le calendrier aztèque), d’un système d’écriture, etc., les Aztèques font des sacrifices humains qui les font considérer comme des barbares par les Européens.

Les conquistadors (se réfèrent aux conquérants de l’Amérique centrale et du Sud) s’emparent rapidement et par la violence d’immenses territoires. Ils profitent de la supériorité de leur armement et des rivalités entre les peuples amérindiens. Avec quelques centaines de guerriers, Cortès débarque au Mexique en 1521 et soumet l’Empire aztèque. En 1531, Pizarre et Almagre conquièrent l’Empire Inca au Pérou. Les civilisations amérindiennes sont en train de disparaître.

Les premiers empires

Les Espagnols dominent les Antilles, l’Amérique centrale et les Andes ainsi que les Philippines. Ces territoires deviennent des colonies (territoires conquis, administrés, exploités et parfois peuplés par un autre État). Les colons espagnols (personnes qui sont venus s’installer dans une colonie, leurs descendants sont également désignés comme tels) y ont de grands domaines agricoles, des mines d’or et d’argent qu’ils exploitent grâce au travail forcé des Indiens. Le principe même d’une colonie est d’exploiter les richesses du pays colonisé pour enrichir la métropole. Celles-ci, victimes de mauvais traitements et de maladies provoquées par les conquérants, sont bientôt décimées. Pour les remplacer, nous ramenons des esclaves d’Afrique.

Les Portugais sont en train de fonder un empire maritime. Ils créent des comptoirs (établissement commercial d’un État dans un pays étranger). Le comptoir est généralement un port fortifié) sur les côtes de l’Afrique, de l’Inde, de la Chine, de l’Indonésie et du Brésil. Ils sont enrichis par le commerce de l’ivoire, des épices, des bois précieux et des esclaves.

Les ports atlantiques tels que Séville ou Lisbonne, et la mer du Nord, comme Anvers ou Amsterdam, sont en plein essor, car ils reçoivent des produits en provenance d’Amérique et d’Asie.

L’Europe est au cœur du commerce mondial : la mondialisation (au premier sens du terme) est née à cette époque.

Celles-ci, victimes de mauvais traitements et de maladies provoquées par les conquérants, sont bientôt décimées. Pour les remplacer, nous ramenons des esclaves d’Afrique.

Les Portugais sont en train de fonder un empire maritime. Ils créent des comptoirs (établissement commercial d’un État dans un pays étranger). Le comptoir est généralement un port fortifié sur les côtes de l’Afrique, de l’Inde, de la Chine, de l’Indonésie et du Brésil. Ils sont enrichis par le commerce de l’ivoire, des épices, des bois précieux et des esclaves.

Les ports atlantiques tels que Séville ou Lisbonne, et la mer du Nord, comme Anvers ou Amsterdam, sont en plein essor, car ils reçoivent des produits en provenance d’Amérique et d’Asie.

Partager :